• La "Joy Foot Box" ou l'art d'être zen...

     

    La "Joy Foot Box" ou l'art d'être zen...

     

    — Il n'y a plus de grand Feliway en spray, Nathalie ?

    — Non, j'en ai vendu deux coup sur coup. J'en ai recommandé une demi-douzaine, ainsi que quelques diffuseurs, on les aura demain.

    — Quelle bonne idée tout de même, que ces phéromones d'apaisement, soupira Mélanie.

    La jeune vétérinaire s'était figée devant l'étagère à médicaments, les yeux dans le vague. Elle reprit vivement :

    — Tu te rends compte, s'il en existait pour humain ! C'est vrai quoi ; il en existe pour chat, chien, cochon, cheval, lapin, poule... Pourquoi pas pour l'homme ?

    Nathalie s'esclaffa.

    — Tu te vois dégainer un pulvérisateur de ta poche dès qu'un client est mécontent ou stressé ?

    — Mais oui ! Enfin, non, on pourrait imaginer quelque chose de plus discret, un diffuseur, ou bien...


    La "Joy Foot Box" ou l'art d'être zen...

     

    — Je ne suis pas content du tout, mademoiselle. J'ai suivi le traitement pas à pas, et Daisy se gratte toujours !

    Daisy, un West Highland Terrier (race canine communément et impunément nommée"Westie", gratifiée par les fées au berceau d'un caractère joyeux et affectueux, et par la méchante sorcière d'une probabilité voisine de cent pour cent de développer une sérieuse allergie chronique) tortilla du derrière avec joie. Mélanie commençait son examen en lui caressant la tête, appuyant discrètement du pied sur la pédale du Joy Foot Box (qui n'était pas un appareil de massage podal, mais un diffuseur dernier cri de phéromones humaines aux objectifs variés : "Joy Foot Box, phéromones pour chaque occasion, vos clients seront à vos pieds, et vous retrouverez la raison !").

    Une bouffée apaisante, invisible et inodore, jaillit discrètement des quatre angles de la table de consultation. Monsieur Dalibert, le propriétaire anxieux de Daisy, battit des cils quelques instants et reprit mollement :

    — Oui, elle se gratte toujours...

    Profitant de l'accalmie, Mélanie lança l'offensive :

    — Quand on vous dites qu'elle se gratte toujours : a-t-elle continué à se gratter en permanence après le traitement d'il y a 2 mois, ou avez-vous constaté un mieux ?

    — Pendant le traitement elle ne se grattait plus du tout. Mais ça a recommencé...

    — Combien de temps après ?

    Les yeux de M. Dalibert papillonnaient dans le vague et Mélanie fronça les sourcils : elle avait encore eu le pied trop lourd avec la pédale ! Au tout début elle n'avait pas appliqué les conseils du fabricant – celui de se pulvériser une pression de “Négativeur Total” dans chaque narine toutes les 3 heures – et appréciait mieux son dosage. Mais il était quasiment impossible de travailler correctement sous l'influence permanente de phéromones diverses et variées, et Mélanie était passée à l'usage du "Spray-Anti-Tout", comme le nommait Nathalie.

    Avant de reposer sa question, elle sélectionna, du bout de sa chaussure à fine semelle "Souliers Ultra Fin Sensations Ultra Fines", la phéromone "Concentration A tout bon". Le regard de son client s'éclaira d'un coup, alors qu'il se redressait, le menton levé, un pli résolu aux lèvres.

    — Combien de temps après l'administration du dernier comprimé Daisy a-t-elle recommencé à se gratter ?

    — Trois semaines, deux jours, treize heures et vingt secondes, Docteur !

    Mélanie cilla et jeta un regard réprobateur au clavier à ses pieds.

    — Hum. N'avions-nous pas convenu d'un contrôle téléphonique au moment du passage à la corticothérapie alternée – quand vous ne donniez le traitement qu'un jour sur deux – afin d'évaluer la situation ?

    — Tout à fait. Je me rappelle très bien ! C'était écrit sur l'ordonnance !! Noir sur blanc !!!

    M. Dalibert hochait vigoureusement du menton, une lueur fanatique dans les yeux, et Mélanie effleura de nouveau la touche "Paix Douceur et Harmonie" du bout de l'orteil droit.

    — Et avez-vous essayé de nous téléphoner ?

    M. Dalibert haussa les épaules, un léger sourire aux lèvres alors qu'il caressait la tête ébouriffée de sa petite chienne.

    — Elle allait bien, alors j'ai pensé que c'était inutile.

    Mélanie leva les yeux au ciel mentalement en enfonçant rageusement la pédale "Responsabilisation Sans Rémission".

    — Votre chienne souffre d'une atopie sévère, monsieur. Elle ne guérira jamais de son allergie, vous devez rester vigilant et suivre l'ordonnance à la lettre.

    M. Dalibert eut un sourire peiné et déglutit.

    — Bien. Nous allons reprendre un traitement – moins lourd cette fois-ci – et vous n'oublierez pas d'appliquer chacune des consignes.

    La jeune vétérinaire marqua un temps d'arrêt et embraya la pédale "Mémoire Moirée". Elle reprit ensuite, tout en prélevant une petite quantité de liquide d'un flacon :

    — Traitement anti-parasitaire externe toutes les 3 semaines, alimentation hypoallergénique stricte pendant plusieurs avant mois d'évaluer l'intérêt de poursuivre ce régime alimentaire (elle injecta le contenu de la seringue à Daisy, qui remua la queue avec approbation), lutte contre la poussière et les acariens, bains fréquents avec des shampoings traitants...

    Mélanie s'interrompit. Le regard de M. Dalibert était devenu fixe et inquiétant. Ses pupilles étaient dilatées, les iris de ses yeux exorbités réduits à deux anneaux bleu clair. Il poussa un petit grognement et tendit la main, enserrant la poignet de la jeune femme avec fermeté. Daisy, ravie par ce nouveau jeu – Mélanie tirant, d'abord fermement, puis vigoureusement, sur sa main pour se libérer – se mit à aboyer avec fougue, sans ménager ses effets.

    La porte de la salle de consultation s'entrouvrit, et le visage réjoui de Nathalie apparut.

    — Veux-tu que je m'occupe du règlement de M. Dalibert, Mélanie ?

    La diversion permit à la jeune femme de se dégager, et elle se hâta d'aller s'asseoir au bureau.

    — Oui, je te remercie, Nathalie. Je vais envoyer l'impression de la facture et de l'ordonnance de ton côté. Au revoir, monsieur, ajouta-t-elle avec un sourire contraint.

    Dix minutes plus tard, Nathalie réapparut en gloussant.

    — Alors, encore un mauvais dosage ?

    — Tu peux te moquer ; c'est pas facile à faire fonctionner ce truc !

    — C'est parce que tu fais trop de mélanges. Le délégué du labo nous a prévenues : l'association de phéromones peut créer des effets indésirables.

    Le sourire de Nathalie s'élargit et elle ajouta :

    — J'ai l'impression que tu as concocté une belle petite phéromone sexuelle pour ce brave M. Dalibert ! Il était très énervé et tremblait même en rédigeant son chèque. Il m'a demandé ton numéro de téléphone – j'ai refusé bien sûr – et il a insisté, essayant de m'arracher le nom de tes fleurs préférées, de tes chocolats préférées, de ta marque de lingerie préférée...

    — Stop ! protesta Mélanie en levant une main. Arrête ça où je te vaporise d'une dose de cheval de "Zénitude Complète, Agressivité Surfaite". J'espère que l'effet ne tardera pas à se dissiper, marmonna-t-elle encore. Je ne voudrais pas voir débarquer Mme Dalibert à la clinique, l’arme au poing et l’insulte à la bouche...



  • Commentaires

    1
    Papy Brossard
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 20:37

    Enfin ! Vous en avez mis du temps ! Vous dormiez ou quoi ?

    (phéromone "calmage de vieux schnoc")

    En tout cas j'aime beaucoup, j'ai bien rigolé ! Mais tout de même, c'est pas un peu de la provoc Joy Foot Box ?

    (phéromone "libido d'eunuque")

    A non, en fait, je m'égare, je m'égare, c'est parfaitement innocent.

    (phéromone "douce nuit")

    zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

    2
    Dr Daktari Profil de Dr Daktari
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 21:16

    Quel rapide, ce Papy Brossard ! Jamais très loin, toujours à l'affût du dernier cancan...

    Je ne dormais pas ; j'oeuvrais, figurez-vous, dans l'ombre et à l'ombre de mon intransigeant SuperCoach.

    Quand à l'insidueuse question : Honni soit qui mal y pense, voyons !

    (oui, parce que la Boîte du Pied Heureux, ya vraiment pas de quoi en faire un fromage...)

    3
    Dr Daktari Profil de Dr Daktari
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 21:19
    4
    Papy Brossard
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 21:31

    Bon pied, bon oeil !

    5
    Dr Daktari Profil de Dr Daktari
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 21:38

    Pied de nez ?...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :